mardi , octobre 22 2019
Accueil / Actualités / Diéma : Campagne agricole, l’espoir renaît, mais….

Diéma : Campagne agricole, l’espoir renaît, mais….

      Diéma : Campagne agricole, l’espoir renaît, mais….

      La campagne agricole se déroule normalement dans le Cercle de Diéma. Selon les données recueillies auprès du Secteur de l’agriculture, la quantité de pluie tombée à la date du 15 août 2019 est  de 179,75 mm en 15 jours, inférieure à celle de l’année dernière qui était de 298, 50 mm en 17 jours, à la même période.

      L’état végétatif des cultures est bon dans l’ensemble.  Le mil et le sorgho sont au stade montaison. Le maïs, l’arachide et le niébé au stade ramification. Les travaux des derniers semis ont pris fin dans l’ensemble du cercle de Diéma.

     La situation phytosanitaire  est relativement calme. Toutefois d’importants mouvements d’oiseaux granivores ont été observés dans l’ensemble du cercle. Ces oiseaux ont causé des dégâts légers sur les cultures au stade semi-germination dans plusieurs sous-secteurs.

      Le Président de la Chambre locale d’Agriculture de DiémaModibo FOFANA, est satisfait de l’état de la campagne, mais signale la présence des oiseaux granivores dans plusieurs localités. Dès l’apparition des ces oiseaux, explique-t-il on a informé le Secteur de l’agriculture. Les producteurs  agricoles ne disposent pas de moyens efficaces pour chasser ces oiseaux. C’est difficile de les repérer, ils ne font pas de nids sur les arbres, ils vivent dans les herbes. Abdoulaye, ce producteur agricole, a un point de vue différent,  il soutient que l’approvisionnement du marché en céréales dépend de l’état d’évolution de  la campagne. S’il pleut suffisamment, les producteurs sont tranquilles, ils n’hésitent pas à faire sortir leurs céréales sur le marché. Mais si  les pluies se font rares (Ce n’est le souhait de personne), ils s’abstiennent de les brader, ils préfèrent les  conserver afin d’éviter une éventuelle crise.

       Toudo DIARRA, Producteur résidant à Madiga SACKO, laisse entendre que l’arrivée des oiseaux granivores était inévitable cette année. L’arrêt des pluies a fait que les herbes ont séché un certain moment, ce qui  fait que les oiseaux étaient obligés de se  déplacer à la recherche  des endroits humides. Ils sont cachés dans les herbes appelées diadiémissé, dont les graines ressemblent au fonio. Ils y restent jusqu’à  la maturation des cultures. Ils s’adonnent  surtout au petit mil. Le gros mil gadiaba ne passe pas par leur gorge, mais quand  les épis sont frais, ils peuvent grignoter.

      De l’avis du Président du Conseil de Cercle, Makan KOMA, pendant ces dernières années, la production céréalière du Cercle de Diéma a considérablement diminué à cause des changements climatiques. La quantité de céréales produites ne parvient plus  à couvrir les besoins des populations durant les douze mois de l’année. Le marché  de Diéma est généralement approvisionné  par des commerçants de la Région de Sikasso. L’élu invite le Gouvernement  à prendre des mesures appropriées contre ces oiseaux granivores, ainsi que tous les autres déprédateurs, les cantharides, les chenilles, etc.

      Pour Ibrahima SANGHO, agent d’agriculture à la retraite à Fatao, la campagne agricole commence à se porter bien. Mais il demeure prudent, et pose une condition, c’est que si les pluies continuent de tomber jusqu’en octobre, il n’y aura aucune crainte.

      De l’espoir chez Diandoumbé, résident à Béma, qui aborde également le problème des oiseaux granivores. Ce producteur  n’exploite qu’une petite parcelle  d’arachide, il s’adonne plus à l’élevage. Il affirme que les deux tracteurs qui existent dans  toute la commune de Béma ne suffisent pas, ce qui fait que, selon lui, le rendement agricole est parfois faible.

    Harouna ne cesse de maudire les écureuils qui ont déterrés et bouffés tous ses premiers semis d’arachide, si bien qu’il était obligé de mélanger les graines avec de la poudre avant de  semer de nouveau.

     Fousseiny a arrêté de cultiver du mil à cause des oiseaux. Il savait  que ces déprédateurs  allaient encore venir. C’est devenu une tradition, chaque année, ils nous tombent dessus.  Avec ses champs de  pastèque, il gagne un peu d’argent. Son grand frère Moussa s’est découragé, et a  même abandonné ses champs  à cause de la longue période de rupture des pluies, qui a vu  les premiers semis partir.

La présence des oiseaux granivores à Troukoutié, un village situé à environ 15 kms de Diangounté Camara, est signalée par le 2èmeAdjoint au Maire de cette Commune, Mamadou COULIBALY. Par rapport à cette situation, déclare l’élu,  le Sous préfet a été informé ainsi que le Secteur de l’agriculture de Diéma. A leur niveau à la Mairie, ils comptent prendre des  mesures pour aider les producteurs agricoles à faire éloigner ces déprédateurs.  Makan producteur à Lakamané pense que beaucoup de producteurs n’ont rien compris cette année. Il situe le tiotio kalodans ce mois de septembre au lieu du mois d’août comme d’habitude. Les pluies continueront jusqu’à fin octobre, dit-il.  Il avoue que pour le moment, les oiseaux n’ont pas été aperçus à leur niveau, même s’ils ont appris leurs échos. L’homme exploite 15 hectares de terre à Falaba, un hameau de culture.

     Face à la gravité de la situation, le Chef du Secteur de la protection des végétaux, Drissa DAGNON  apporte  l’appui conseil nécessaire aux cultivateurs en les orientant vers la lutte mécanique qui consiste pour le moment à chasser les oiseaux par des cris, des tapages,  à  dénicher leurs nids pour les détruire, etc. D’autres moyens seront déployés  s’il le faut pour renforcer la lutte contre les déprédateurs.

      Au cours  de ses missions de supervision, le Chef du Secteur de l’agriculture, Soumaïla COULIBALY,  recommande aux  producteurs agricoles d’adopter un certain nombre de comportements. De tenir compte des prévisions météorologiques quotidiennes avant d’effectuer les travaux d’entretien et de traitement de leurs champs. De tenir  également  compte des bonnes pratiques agricoles notamment, traitement des cultures,  opérations de sarclage.

     Si des dispositions urgentes ne sont pas prises à temps par le Gouvernement pour lutter efficacement contre les oiseaux granivores qui commencent à régner en maître dans les cultures partout dans le Cercle de Diéma, les pauvres producteurs  risqueront de tout perdre cette année. Que Dieu nous en garde !

                            Ouka BA Diéma

A propos Boubacar NIANE

Cherchez à nouveau

Nioro du Sahel : Tenue du dialogue national inclusif dans le cercle de Nioro.

A la demande des plus hautes autorités du pays, le dialogue national inclusif a bien …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *